A une jeune fille, Victor Hugo

Vous qui ne savez pas combien l'enfance est belle,
Enfant ! n'enviez point notre âge de douleurs,
Où le coeur tour à tour est esclave et rebelle,
Où le rire est souvent plus triste que vos pleurs.

Votre âge insouciant est si doux qu'on l'oublie !
Il passe, comme un souffle au vaste champ des airs,
Comme une voix joyeuse en fuyant affaiblie,
Comme un alcyon sur les mers.

 

Il le dit bien mieux que moi...

 

F88A7343-1

F88A7350-1

F88A7369-1

Capture d’écran 2013-08-23 à 13

F88A7371-2

Capture d’écran 2013-08-23 à 13

 

# Thémis se met en scène seule pour toutes ces images, chacune d'elle est de son initiative, sort de son imagination. Thémis rit tout le temps, sauf quand elle raconte des histoires en images... Voir au travers des images...