La reine est morte, vive la reine!

Si vous avez manqué l'info, c'est que vous ne tweetez pas, que vous ne facebookez pas, que vous nous télévisionnez pas, en gros, vous êtes très loin de notre 21ème siècle up-to-date.
Hier donc c'était la journée de la femme.
La belle affaire!

J'imagine que vous aviez noté le ton léger de mon billet-photo de ce jour de gloriole, autant prendre le truc à la légère plutôt que de se vider lacrimalement parlant là-tout-de-suite-maintenant!
Je comprends pas bien l'enroule, parce qu'enroule il y a! Vous voulez vraiment mon point de vue? si vous continuez la lecture, c'est que oui, vous êtes accrochés et prêts à entendre la suite...

Je ne suis ni féministe ni complexée de mon statut féminin qui me va très bien. Je suis une femme, j'ai du caractère, je décide de la trajectoire que doit prendre ma vie, je suis bien entourée, je vis sur le bon hémisphère, tout roule!

Alors pourquoi célébrer la chose?


>On célèbre la Saint-Valentin, puisque c'est une fête commerciale qui sert uniquement à renflouer les poches des commerçants suite à l'effet "poches vides" que subit le consommateur en fin d'année...
>On célèbre les secrétaires, pour bien leur faire remarquer que là non, y'a plus d'échelon à grimper, elles ont atteint le plus haut, faut plus rien espérer de mieux...C'est con hein!
>On célèbre les ouvriers (lisez plus haut, avec la nuance masculine qui s'impose)...
>On célèbre les enfants qui doivent subir leur statut, espérer et y croire, car les adultes savent que ça ne durera qu'un temps, qu'ils en profitent donc...
>On célèbre les mamys et les papys, les papas et les mamans avec les mêmes objectifs commerciaux, ne nous voilons pas la face...Et puis ça fait de jolis ateliers pour nos chérubins! Has been le collier de nouilles, ce qui fait fureur ces dernières années c'est le porte Ipod en terre glaise ou l'ouvre bouteille en servietage, génération oblige...
Je continue ou je vous ai suffisamment plombé l'ambiance?
Je repose donc ma question.... Pourquoi la journée de la femme?
Pour célébrer l'état de fait qui confirme qu'à l'heure actuelle, Ipod, tweeter et éco-tourisme au top, la femme continue à être brimée, sous-estimée, dévalorisée, exploitée, ignorée?
Et ce jour là donc, les autres, celles pour qui "ça va" doivent alors s'en réjouir? (Ouf dis!)
Pourquoi donc ne pas rebaptiser cette journée de la femme "la journée de commémoration de la femme exploitée"?
Ca me semble plus juste alors! Et on organiserait des tas de colloques, des séminaires obligatoires à qui a frappé, exploité, mal-traité... On tenterait de faire passer un message empathique aux limités de la nature humaine!?
Le constat est là, il y en a encore beaucoup, beaucoup trop...
Alors ce 8 mars je ne me suis pas sentie à l'honneur, je me suis sentie comme une cruche qui devrait festoyer sur le dos de cette pauvre nana du même âge que moi, mais vieille, elle, de ses 6 grossesses, de son mari qui n'est jamais là et de ses doigts crochus d'avoir fait des noeuds de tapis depuis ses 8 ans.
Vive les femmes qu'ils disaient...Au fait, qui se charge de lui dire, à elle, que hier c'était fête?

Alors messieurs, petite précision : hier j'ai essuyé pas mal de blagues pas toujours drôles ni fines, hooooo pas mal intentionnées, attention, mais pas toujours des plus adéquates... Va faire ta lessive avant de fêter ta journée et j'en passe... Moi ça me laisse un goût un peu amer, mais soit!

A quand la journée de l'homme? Ha non, pas besoin ça! A son actif il a déjà un joli palmarès, on n'y reviendra pas!

Allé, promis, dès le billet suivant je redeviens légère!

Mais songez-y aussi...

autoportrait_4